The Report Algeria 2017

Enjeux du marché des capitaux et des investissements

Février 2018

PwC Algérie s’est associé avec Oxford Business Group, dans le cadre de la douzième édition du rapport annuel d’Oxford Business Group sur l’Algérie.
The Report Algeria 2017 souligne la montée en puissance de l’économie algérienne et les efforts consacrés par le gouvernement dans la recherche d’alternatives à l’industrie pétrolière.

Les PME, colonne vertébrale du secteur privé algérien

S’appuyant sur les grandes lignes de la nouvelle loi de Finances 2018, le rapport propose une analyse spécifique aux Petites et Moyennes Entreprises (PME), dont le soutient constitue l’un des objectifs principal du gouvernement.

Les PME constituent la colonne vertébrale du secteur privé algérien. En 2016, on recensait plus d’un million de PME regroupant 2,5 millions d’employés.
La même année, on comptabilisait 88 100 créations de PME.

Bien que le nombre d’entreprises créées ait augmenté ces dernières années, les chiffres demeurent en dessous des attentes.

Ainsi, à l’initiative du gouvernement, en 2017 une nouvelle loi avait été promulguée portant sur le développement des PME et entendait encourager leur création et améliorer leur compétitivité.

 

 

 

Un climat des affaires propice aux investissements étrangers

Selon PwC, l’Algérie est une terre d’opportunité pour les investisseurs étrangers,
de par sa superficie, son positionnement géographique en Afrique, sa proximité avec l’Europe et le Moyen Orient, ses nombreuses richesses diverses et variées.

Cependant pour conserver cette attractivité, le gouvernement algérien devra travailler sur certains obstacles qui peuvent freiner cet engouement tels que:

  • La réglementation, notamment avec la règle des 51/49, qui prévoit un partenariat avec un acteur algérien et limite à 49% la participation des investisseurs étrangers dans une entreprise privée
  • La bureaucratie pouvant ralentir l’installation des investisseurs étrangers
  • L’instabilité économique due à une forte dépendance aux importations et aux recettes pétrolières

L’entrée en bourse des entreprises algériennes, une alternative de financement

Nos récentes analyses indiquent que le marché boursier en Algérie représente une alternative de financement pour les entreprises algériennes, dans un contexte économique marqué par une baisse très importante des liquidités.

Le cadre fiscal et réglementaire du marché boursier est très favorable aux entrées en bourse. Des avantages fiscaux ont été accordés aux sociétés introduites en bourse:

  • Une exonération de l’impôt sur la plus-values de cession, des droits d’enregistrement.
  • La réduction de l’Impôt sur les bénéfices des sociétés (IBS) à raison du taux d’ouverture du capital de la société pendant 5 ans, à compter de son introduction.
  • Pour dynamiser le marché boursier, PwC recommande:
  • D’accroître la confiance des épargnants et des investisseurs en incitant les acteurs institutionnels (banque compagnies d’assurance, les fonds de placement, etc.) ainsi que les grandes entreprises publiques et privées à s’introduire en bourse.
  • Encourager les PME à s’introduire en bourse via un accompagnement dédié
  • Ouvrir à l’international le marché boursier en assouplissant le cadre juridique et fiscal en faveur des investisseurs étrangers, et en autorisant les résidents algériens à investir  à l’étranger

Contactez-nous

Philippe Couderc
Associé Transaction Services, PwC France
Tel : +33 1 56 57 13 02
Email

Lazhar Sahbani
Juridique & Fiscal - Tax & Legal Services
Tel : +21321982147
Email

Suivez-nous