The Report Algeria 2018

Accélérer la transformation économique grâce à l'émergence de nouveaux secteurs économiques et aux investissements.

Février 2019

Partenaire du cabinet Oxford Business Group (OGB), PwC Algérie a contribué activement à la 13ème édition de ce rapport sur l’économie algérienne.

Sous le thème de l’après-pétrole, cette analyse souligne le potentiel de secteurs émergents au sein de l’économie de l’Algérie, et l’impact de la nouvelle politique de financement.

Engagée dans la diversification de son économie via un plan stratégique, l’Algérie, soucieuse de faire face à une économie mondiale instable, souhaite accélérer le processus.

Pour cela, l’Etat algérien compte s’appuyer notamment sur l’émergence de nouveaux secteurs et une meilleure amélioration des conditions d’investissement.

La diversification de l’économie algérienne, une nécessité soutenue par l’émergence de nombreux secteurs

Si la volatilité des cours du pétrole et la hausse de la demande intérieure ralentissent la croissance du secteur énergétiques, d’autres domaines, notamment ceux présentés ci-dessous, connaissent des développements considérables (croissance de 4% du PIB hors hydrocarbures).

Les services financiers (banques, marchés financiers et assurances), secteur essentiel par sa nature transversale, connaissent un certain développement notamment à travers la politique de la Banque d’Algérie , le lancement du paiement électronique, l’inclusion financière et les autres modes de financement tels que la banque islamique, le leasing et les marchés financiers.

L’énergie, pilier de l’économie algérienne, a été marquée par le lancement de la stratégie SH 2030 « Leading the Change » de Sonatrach, qui a pour ambition de positionner l’entreprise publique algérienne au sein du Top 5 mondial des sociétés nationales d’hydrocarbures d’ici 2030. Cette stratégie est soutenue par un plan d’investissement de 55 milliards de dollars. La future loi sur les hydrocarbures doit permettre d’accompagner la transformation du secteur énergétique algérien et maximiser le potentiel du pays dans ce secteur.

Le secteur public de l’électricité et du gaz fait état d’efforts significatifs. La demande en hausse portée par les besoins de la population souligne le besoin d’investissements et le potentiel que ce secteur représente pour des investisseurs nationaux ou étrangers. La nécessaire diversification du mix énergétique algérien pourra intégrer le développement des énergies renouvelables, en particulier le solaire, dans le but de libérer les capacités à l’export.

De nombreux secteurs tels que les eaux, l’industrie, les mines, l’agriculture, le tourisme, les transports, les télécoms ou encore la santé représentent des enjeux majeurs de la diversification économique du pays.

Affichant des potentiels de croissance assez prometteurs, ces domaines ont été identifiés par les autorités comme également stratégiques. Ceux-ci, à l’image des secteurs présentés ci-dessus, font l’objet d’investissements significatifs, dans le cadre d’un plan stratégique à l’horizon 2030.

Faciliter l’investissement, une action essentielle pour le développement de l’économie algérienne

Mise en place fin 2017, la politique de financement menée par la Banque d’Algérie vise à réduire le déficit budgétaire et à soutenir les entreprises publiques dans un contexte de baisse des revenus issus des hydrocarbures. Ainsi, dans le cadre de la loi de Finances pour 2018, la hausse des dépenses de l’Etat a certainement contribué à la bonne performance de l’économie algérienne.

Néanmoins, il existe un risque de stagnation en 2019, si cette dynamique n’est pas entretenue par une hausse des investissements privés - publics et une relance de la captation d’Investissements directs à l’étranger (IDE).

Promouvoir les investissements privés et attirer les IDE sont donc nécessaires pour faciliter le développement des secteurs stratégiques constituant des avantages compétitifs pour l’Algérie.

En matière de marchés financiers, la fin d’année 2018 a été marquée par l’introduction en bourse de la première société sur le marché PME de la Bourse d’Alger, concrétisant les efforts menés dans cette direction par les autorités. 

L’analyse et l’interview figurants au sein de la section Capital Markets, de Lazhar Sahbani, Associé en charge des activités juridiques et fiscales de PwC Algérie, soulignent le potentiel apport du capital-investissement en faveur de l’entrepreneuriat à travers de nouveaux canaux de financement.

Toutefois, les obstacles demeurent nombreux. En particulier, une régulation contraignante qui freine l’installation de fonds d’investissement privés et la préférence des entrepreneurs algériens pour l’autofinancement.

« Un plan d'action en lien avec les problématiques des dirigeants algériens, détaillant les solutions opérationnelles pour concrétiser les projets d'introduction en bourse permettrait aux acteurs du private equity de diversifier leurs portefeuilles sur un marché financier dynamique. »

Lazhar Sahbani, Associé Tax & Legal Services, PwC Algérie

Contact us

Philippe Couderc

Associé Transaction Services, Responsable coordination Afrique francophone & Maghreb, PwC Algeria

Lazhar Sahbani

Juridique & Fiscal - Tax & Legal Services, PwC France

Tel: +21321982147

Suivez-nous